"Moins importante quant a son volume face a l' immigration espagnole ou italienne, l'immigración française a eu une grande importance par le rôle éconómique joué".


La péríode de plus grande arrivée d' immigrants français se sitúe entre 1857 y 1920, dans ce laps de temps arriverent 220.000 français en Argentine, desquels s'en retournerent 120.000. Les plus grandes quantités d'arrivées s'observerent dans la deuxieme moitié de la décade de 1880". Diverses études sur l' immigration française individualisent des groupes comme les basques et les béarnais (des Basses Pyrénées) et les bigourdains (des Hautes Pyrénées),et d'autre part les populations de la zone du Rhône et les savoyards ( de Savoie et Haute-Savoie) et les aveyronnais (du département de l' Aveyron, No 12, en Midi Pyrenees). D'autres groupes minoritaires de français provenaient généralement des villes proches de París.

Sur le sitio de la familia Fodere est publiée une présentation réalisée par le Centre Savoyard de Rosario, Uruguay, dans laquelle est relatée le début de l' émigration savoyarde vers Uruguay et postérieurerment vers l' Argentine. Selon ce travail les premiers départs de la Savoie vers l'Uruguay se produisent en 1855, les premiers groupes s'installant dans le département de Colonia. En 1873 et 1874 des familles entieres laisserent leurs villages, partant en majorité du port de Géneve, mais cette fois avec comme destination exclusive l' Argentine. Ils s' établirent dans le sud de Santa Fe, en Entre Ríos, ou dans la province de Buenos Aires, a Salto et quelques uns se compteront parmi les fondateurs de villes telles que Firmat, Canada de Gómez, Venado Tuerto ou Cafferata.

Dans les années 1880, les aveyronnais poussés par la surpopulation, l' extinction des explotations agricoles et l'arrivée du phylloxéra ("la plaie qui changea tout") dans les vignobles des vallées, commmencent a projeter la possibilité d' émigrer. Clemente CABANETTES originaire de Ambec apres de multiples aventures parcourt les grandes plaines de la pampa, territoires récemment conquis aux indiens. Par la nouvelle voie de chemin de fer, Clemente CABANETTES parcourt les territoires et commence a planifier une future émigration. Avec difficultés Cabanetts et une autre compatriote: Françoise Issaly obtiennent l'adhésion de quelques 143 personnes, localisées a Pigüe, dans la province de Buenos Aires.

Dans le livre: "Uruguay en el corazón de los franceses" de Jacques-André DUPREY, et les pages L'emigration franco pyreneenne en Uruguay 1825-1875 de Lionel Dupont sont décrites trois étapes dans l' immigration pyrénéenne vers Río de La Plata.

La priemiere qui commmence avec la déclaration de l' indépendance de l'Argentine, l'Uruguay et s'étend jusqu'en 1837. Les inconvénients survenus en revendiquant a Rosas le pouvoir et la polítique immigrationiste mise en pratique par le président uruguayen Rivera, donnerent origine a la seconde, appelée par Dupont "temps des français" qui commence vers 1837 et se caractérise par l'entrée des français dans le port de Montevideo. En Argentine, de nombreux descendants de français qui vivent dans le pays, tiennent pour une évidence que leurs ancetres vécurent en un premier temps en Uruguay.

La prédominance de Montevideo comme port d'arrivée se doit a trois facteurs: 1. Montevideo est un port naturel alors que Buenos Aires ne l'est pas et de nombreux travaux durent etre faits pour lui donner de l' importance, 2. La campagne pro-immigration du président uruguayen Rivera, 3. la perte de prestige du gouvernement de Rosas en Argentina.

La troisieme étape commence en 1852, quand le port de Buenos Aires se convertit en port par excellence a Río de La Plata. Le flux d' immigrants français oscillait entre l'un et l' autre port, souvent, a cause des conditions climatiques.

Il existe une raison qui s'applique exclusivement aux immigrants d'origine vasco-française: l'établissement espagnol de Río del Plata fut dominé par les vasco-espagnols. C'est ainsi que la possibilité de rencontrer in situ une communauté ethnique, parlant une meme langue et partageant les memes habitudes, contribua amplement a l' installation des Basques français, en Argentine, Uruguay y Chile a partir de 1825. Dans ce dernier pays, selon le travail La inmigración francesa en Chile la meme chose se produisit, les groupes français qui émigrerent vers ce pays, sont majoritairement basques et béarnais.